a close up of a bunch of keys hanging from a hook

Credits image : Evaldas Grižas / Unsplash

SociétéTechnologie
0

Lyft au tournant, Uber au coin

« Les voitures c’est comme les gens, elles détestent attendre sans bouger ! »

Depuis un mois, Uber s’amuse à bloquer les chauffeurs de New York City pendant les périodes de faible demande, et Lyft a menacé d’en faire autant. Selon Bloomberg, les deux géants du VTC accusent une règle de la Commission des taxis et limousines de New York (TLC). Et voilà qu’un syndicat de chauffeurs menace de faire grève si ces blocages continuent. Quelle ambiance !

Mais pourquoi ces blocages, me direz-vous ? Tout commence avec une règle datant de six ans qui oblige les entreprises de VTC à payer les chauffeurs même quand ils attendent entre deux courses. Le but était noble, mais conséquence inattendue, Uber et Lyft préfèrent bloquer leurs chauffeurs plutôt que de payer pour de l’inaction. Malins, mais pas très sympas.

« Avant, en bossant 10 heures, je pouvais gagner entre 300 et 350 dollars. Maintenant, après 10 heures, c’est à peine 170 dollars », confie un chauffeur nommé Nikoloz Tsulukidze à Bloomberg. Et au prix de l’essence, autant dire qu’il conduit sur des charbons ardents. Uber et Lyft essaient de faire passer la pilule en rejetant la faute sur la TLC et en encourageant leurs chauffeurs à râler auprès de la Commission. Un peu comme des élève