a building with many windows

Credits image : ayumi kubo / Unsplash

HardwareSociétéTechnologie
0

Google dit au revoir à « Goog-lennox » : le projet de campus titanesque est mis en suspens

« On dit que la maison est l’endroit où se trouve le WiFi, mais pour Google, il semble que le WiFi peut désormais être partout. » Alors que nous rêvions tous de vivre dans un campus digne du film « La Vie Rêvée de Walter Mitty », Google met fin à sa collaboration avec le promoteur immobilier Landlease pour son projet ranch du San Francisco Bay. Cela met donc en péril ses plans de créer un espace regroupant des milliers de logements pour ses employés et les habitants locaux. Cette mégapole tech était annoncée en 2019 avec la promesse de développer au moins 15 000 nouvelles maisons pour tous les niveaux de revenus. Environ 4000 de ces logements devaient être abordables, une lueur d’espoir dans une région aux coûts de vie parmi les plus élevés du pays.

Notons que le projet du San Francisco Bay est un terme collectif pour désigner les développements planifiés par Google à San José (Downtown West), Sunnyvale (Moffett Park) et Mountain View (Middlefield Park et North Bayshore). Notamment San José, qui a approuvé le gigantesque projet en 2021, avait prévu la construction de 4 000 logements, un espace de bureau pour près de 20 000 employés, 300 chambres d’hôtel et 10 parcs. Dans le cadre de l’accord, Google s’était engagé à mettre de côté 200 millions de dollars pour aider les entreprises locales déplacées et les programmes de préparation à l’emploi.

Le campus high-tech soi-disant futuriste ressemble maintenant plus à une arène post-guerre qu’à une nouvelle Utopie Silicon Valley.

Cependant, plus tôt cette année, Google a gelé la construction du centre de Downtown West même après le début de la démolition pour laisser place à la construction qui devait commencer en 2026. La compagnie avait déclaré à l’époque qu’elle s’interrogeait encore sur la meilleure manière de progresser avec le campus de San José dans une perspective d’avenir. Les lieux de travail ont en effet considérablement évolué au cours des dernières années, principalement en raison de la pandémie de COVID-19 : par exemple, Google a adopté un horaire de travail hybride permettant aux employés de travailler à domicile à raison de quelques jours par semaine.

Dans l’annonce de Lendlease, il est expliqué que les sociétés ont décidé de mettre fin à leur accord après que Google ait effectué un examen complet de ses investissements immobiliers. Il semble qu’elles aient conclu que les « accords existants ne sont plus mutuellement bénéfiques compte tenu des conditions actuelles du marché ». Cependant, Google ne semble pas avoir complètement renoncé à ses projets de logements. Selon un porte-parole de l’entreprise, Google optimise ses investissements immobiliers dans la Bay Area et envisage diverses options pour faire avancer ses projets de développement et tenir ses promesses en matière de logements.

Et le dernier rebondissement : le maire de San José lui-même affirme que ce développement « ne change pas l’engagement de Google envers San José ou leur calendrier » et que cela donne à l’entreprise plus de flexibilité pour choisir les « meilleurs développeurs possibles » pour le projet. Google, redessinerait-il son Googleplex ? Seul l’avenir nous le dira. Après tout, il ne fait aucun doute que chez Google, tout est en constante évolution… ou devrais-je dire « Goog-elution » ?

Source : Engadget

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.